06 78 83 69 90
cblondelcoach@gmail.com

Le bien être au travail

Le bien être au travail

Dans une étude de l’Insee en 1997, menée auprès de 6000  personnes, le travail arrive en duxième position comme condition du bonheur après la santé mais avant la famille, l’argent et l’amour. Le travail est considéré comme une condition essentielle au bonheur. C’est un facteur d’épanouissement, de reconnaissance sociale, d’émancipation et d’ouverture aux autres.

La santé au travail ainsi que le bien être au travail apparaissent comme des enjeux majeurs de ce xxième siècle.

L’univers professionnel a beaucoup changé au cours de ces trente dernières années: tertiarisation de l’économie, montée du salariat, progression des emplois de cadre et de professions intermédiaires, taux d’activité des femmes en hausse.

D’une société u l’emploli en CDI et à temps plein constituait la norme, nous sommes passés à un marché flexible ou l’emploi précaire ne cesse de se développer: le travail à temps partiel représente 18%des cas aujourd’hui contre 10% au début des années 80. On dénombre 20% d’actifs en CDDaujoud’hui contre 9% au début des années 90.

Le ralentissement de la croissance économique s’est traduit par l’augmentation du chômage (+ de 10% en 2013).

Le caractère persisstant du chômage a durablement installé dans l’opinion l’idée que les carrières professionnelles sont soumises aux dures lois de la compétition.

Les bas revenus ont été les plus touchés et les classes moyennes n’ont pas été épargnées.

La proportion d’individus qui considèrent leur état de santé satisfaisant, en se comparant aux personnes de leur âge, après avoir progressé entre 1981 et 1990, s’effrite lentement depuis 20 ans de  (90% in 1990 à 84% en 2012).

Les raisons de cette baisse sont multiples. L’espérance de vie augmente, mais avec l’âge les maladies chroniques et l’incapacité augmentent. ( Travaux de l’INED).

Les souffrances psychiques ou physiques augmentent : en 2013 , 33% des français sont touchés par l’insomnie (contre 20% en 1981), 47% se plaignent de maux de dos ( 33% en 1981) et 40% signalent de la nervosité.

Le concept de qualité de vie au travail se définit comme l’ensemble des facteurs concernant les conditions dans lesquelles un travail est effectué.Tout employeur a l’obligation légale de garantir et promouvoir le ben être de ses salariés la ou il exerce son métier.

Il doit veiller à optimiser ses conditions de travail, assurer sa sécurité, veilles à sa bonne santé, combattre les risques en matière d’environnement.

Cette notion de bien être regroupe: la sécurité au travail, la protection de la santé du travailleur, la charge psychosociale  occasionné par le travail, l’hygiène du lieu de travail, le travail(le stress), l’ergonomie, l’embellissement des lieux de travail, et les mesures prises par l’entreprise en matière d’environnement.

La santé constitue le socle de la qualité de vie au travail. L’OMS définit la Santé comme étant un état de complet  bien être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en l’absence de maladie ou d’infirmité.

La qualité de vie au travail est le résultat d’un ensemble de démarches, règles, de pratiques construites au cours du temps à travers conflit, concertation, négociation combinant le souci d’amélioration des conditions de travail et celui de l’efficacité.

Le résultat dépend de la place qu’on accorde à l’homme et au travail, l’ensemble des acteurs, mais surtout ceux qui assument le pouvoir dans l’ entreprise.

Le travail est il considéré dans la réalité quotidienne comme un facteur stratégique?

Les facteurs déterminants pour la qualité du travail

La qualité des relations sociales et de travail: reconnaissance du travail, respect, écoute, considération des collègues, et de la hiérarchie, information, dialogue social, et participations aux décisions.

La qualité du contenu du travail: autonomie, variété des tâches, degré de responsabilité

La qualité de l’environnement physique du travail: sécurité, bruit, chaleur, éclairage, propreté, cadre spatial.

La qualité de l’organisation du travail: qualité de la prescription du travail, capacité d’aide de l’organisation dans la résolution des dysfonctionnements, démarches de progrès organisationnels, pénibilité, charge de travail, prévention des risques liés à l’organisation (TMS, RPS).

Les possibilités de réalisation et de développement professionnel: rémunération, formation, validation des acquis, développement des compétences, sécurité des parcours professionnels.

La conciliation entre vie au travail et vie hors travail: rythme des horaires de travail, vie familiale, accès aux services, loisirs, transports

 

 

 

 

Cliquez sur le bouton modifier pour changer ce texte. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.